Auriane Laurent crée elle-même ses éponges en tissu.

À la naissance de sa fille, la maman d’Auriane Laurent était déjà sage-femme. À domicile. Pendant toute son enfance, la petite fille a vu défiler des femmes enceintes chez elle.

«Les bébés, j’en ai vu une tripotée», aime-t-elle à dire.

Alors, quand sa mère est partie à la retraite, l’année dernière, l’évidence a été d’installer son local, dans sa maison d’enfance, à Saint-Herblon. Non pas pour faire accoucher des femmes, cette fois, mais pour créer des accessoires pour bébés.

Si Auriane n’a peut-être pas tout à fait coupé le cordon, elle a créé son univers bien à elle: le fil d’Aure. Une marque d’objets dont le fil conducteur est le tissu bio ou Oeko-tex (garanti sans produits toxiques pour le corps et l’environnement). La créatrice de 27 ans était au quatrième salon de l’association Cap’Liberté, salle de la Charbonnière, à Ancenis, samedi : trente-trois entrepreneurs de la région y ont présenté leurs créations, fabriquées avec des produits naturels et locaux.

Auriane Laurent fabrique lingettes lavables, bavoirs, attaches tétines doudous étiquettes, anneaux de dentition… Toute la panoplie indispensable pour un nouveau-né.

Son objectif est d’intégrer le marché d’Ancenis, le samedi matin, dès que son stock sera suffisant. Et dans dix ans ? «J’aimerais avoir ma boutique, avec un atelier pour créer. »

Sarah BOUCAULT.